Computer Museum
Musée de l'Informatique Pionnière en Belgique

▲ NAM-IP/Infos

NAM-IP Infos 2017/1 – Exposition
Visite au Computer Museum NAM-IP
des étudiants en sciences informatiques à l’UNamur: un ‘test’ très réussi

9 janvier 2017

Marie d’Udekem-Gevers avec la collaboration d’Antoine Hoebaer, délégué de cours

Une bonne vingtaine d’étudiants commençant les études de bachelier en sciences informatiques à l’UNamur ont répondu positivement à l’offre que je leur ai faite, dans le cadre du cours ‘Approche anthropologique de l’informatique’ (retraçant l’histoire longue de l’informatique, que j’assume au 1er quadrimestre : voir
https://directory.unamur.be/teaching/courses/INFOB113), de voir le Computer Museum NAM-IP. Et c’est ainsi que, invités par la Faculté d’informatique à cette visite agrémentée de démonstrations de machines, ils se sont rendus au nouveau musée namurois, par le bel après-midi ensoleillé du 14 décembre dernier. Pendant deux heures, ils y furent guidés alternativement, en fonction des sujets abordés, par Clara Erpicum et moi-même (qui nous étions préalablement concertées).

 

Vingt d’entre eux ont ensuite accepté de témoigner par écrit de cette expérience innovante. Je leur avait demandé de donner leur impression générale, puis de souligner les points forts de la visite et, enfin, de faire des suggestions d’amélioration.

 

Et ils sont absolument unanimes: tous se sont déclarés satisfaits, voir même enthousiastes! «C’était juste génial» écrit l’un d’eux, tandis qu’un autre déclare: «J’ai absolument adoré le musée dans son entièreté» et un autre encore affirme: «C’est un univers réellement fascinant qui mérite d’être visité une fois dans sa vie, surtout pour nous, futurs informaticiens».

 

En réponse à la question  « qu’est ce qui vous a le plus intéressé?», certains points sont évoqués par les étudiants de façon récurrente. Ils sont repris ci-dessous par ordre de fréquence décroissante.

C’est le fait de permettre de voir et entendre fonctionner les machines mécanographiques qui paraît, à la plupart des étudiants, l’attrait majeur du musée. «Les cartes perforées étaient selon moi l'une des parties les plus intéressantes. Ainsi que de voir le matériel de mes yeux et pouvoir entendre le son que produisent les machines» explicite l’un d’eux.

Ensuite, la complémentarité de la visite avec le cours suivi au 1er quadrimestre est très souvent épinglée. Un étudiant ajoute même: «Je pense qu’il était nécessaire d’avoir quelque chose sur lequel se baser pour mieux apprécier la visite».

Plusieurs étudiants mentionnent aussi avoir apprécié la muséologie (agencement du bâtiment recours à des containers, le parti pris de récupération (d’objets et de bâtiment), décoration du fond du musée avec des écrans, etc.) L’un d’eux explique: «La disposition des lieux est très chouette.  Ces mini-expos dans les containers étaient vraiment bien».

Par ailleurs, l’abondance des collections à voir a fasciné plus d’un étudiant, selon leurs témoignages.

De plus, des pièces jugées dignes de grand attention sont épinglés plusieurs fois: la Machine Hollerith, les claviers, le microordinateur LISA…

Par ailleurs, un point positif souligné à plus d’une reprise n’est pas inhérent au musée: il s’agit de la passion des deux guides qui leur ont expliqué le musée en dialoguant fréquemment et en répondant aux questions.

S’il y a beaucoup de points positifs mentionnés par les étudiants interrogés, il y a par contre peu de suggestions d’amélioration.

Plusieurs étudiants proposent quand même d’ajouter des projections de vidéos historiques du type de celles qui sont projetées lors de mon cours, de façon à «donner vie» aux machines et à ceux qui les ont produites.

Certains auraient voulu aussi avoir plus d’informations: que ce soit sur les jeux vidéo et sur le Commodore 64 ou encore au sujet de l’évolution des interfaces.

D’autres sont demandeurs de plus d’anecdotes et aussi de plus de repères temporels.

 Quelques-uns enfin suggèrent de chauffer d’avantage le musée et… de l’agrandir!

 

Le regret suivant a de plus été formulé: «J'aurais aimé avoir plus de temps pour me balader dans le musée une fois la visite terminée».

 

Et, en guise de conclusion, beaucoup d’étudiants expriment leurs remerciements et certains recommandent spontanément de recommencer, les années à venir une telle visite avec les nouveaux étudiants qui leur succéderont. Affaire à suive donc…