Computer Museum
Musée de l'Informatique Pionnière en Belgique

Projet muséal

Conséquences de l'approche "Collections" pour la présentation muséographique

Justification de l'approche «collections» du Collectif belge

Dans tous ces cas, le facteur humain ou sociologique est la clef de l'interprétation. Matériels et logiciels, composants et documentations, mobiliers et archives, images (fixes ou mobiles), interviews, témoignages, trouvent leur unité et leur signification à travers des personnes sans lesquelles un résultat connu ou reconnu n'aurait pu exister. Cet angle d'approche personnalisé donne «chair» à une réalité passée qui, autrement, risque bien de ressembler à un squelette.

Il est donc souhaitable de regrouper autour des «squelettes», un maximum de traces de l'utilisation de ces ensembles (souvent «morts» car leur technologie ne permet guère de les faire revivre, sinon à très grand frais). La description du projet dans lequel cet objet a été utilisé; les personnes qui ont mis en œuvre cet objet (conception, dessin, commande, tests, utilisations, etc...); les archives administratives, techniques, commerciales, photographiques ou autres qui mettent en lumière la raison d'être de cet objet; la documentation technique; la typologie des utilisateurs; les résultats; la notoriété autour de l'objet (dossiers de presse, publicité ou autres); la chronologie (avant, pendant, après l'utilisation de l'objet); etc.